open

Archives

Home / Guardian Portfolio

Les maisons Benchs

.

Les maisons Benchs

À 600 km au sud d’Addis-Abeba, en Ethiopie, vivent les Benchs, une ethnie importante de paysans, de plus de 130 000 personnes. Leur territoire est très montagneux avec une altitude de 1 600 à 3 000 mètres au-dessus de la mer. Le climat est tropical mais très sain grâce à l’altitude (peu de paludisme). Cette tribu cultive des bananes, des mangues, du café, etc. La totalité de leur territoire est cultivé ; toutes les montagnes sont entièrement couvertes des champs et de plantations. La base de leur nourriture est le maïs et le sorgho.

Ils vivent dans des huttes construites avec du bois et de la terre mélangés avec de la bouse de vache, le toit est recouvert d’herbe. Certains de ces maisons sont peintes à l’extérieur et à l’intérieur avec des couleurs naturelles qu’ils trouvent dans les environs. La construction et les réparations se font avec l’aide des voisins. Il y a très peu de villages. Les Benchs vivent plutôt dans des maisons isolées ou en petit hameau. L’intérieur de ces huttes est très simple et se partage en deux parties : une moitié pour la famille et l’autre pour les animaux domestiques (vaches, moutons, chèvres, poules). À l’extérieur comme à l’intérieur, on trouve des sièges et des bancs faits d’argile.

Ce sont des paysans qui produisent eux-mêmes l'intégralité de leur nourriture. Ils ont donc tout ce qu’il faut pour manger. Ils récoltent très peu de surplus et n'ont par conséquent que très peu à vendre. C’est pour cela et à cause de leur isolement qu’ils sont tellement pauvres. Le revenu par famille se situe aux alentours de 100 dollars par an.

Les Benchs ont leur propre langue, et ceux qui parlent l’amaric (la langue officielle de l’Ethiopie) sont peu nombreux. C’est une région où toutes les communications sont très difficiles. Les déplacements ne peuvent se faire qu’à pied. A cause des montagnes, il n’y a pas de route ni même de piste, sauf l’unique route nationale qui va d’Addis- Abeba à la capitale régionale Mizan, qui est l’unique ville du territoire des Benchs.

Depuis des siècles les Benchs sont chrétiens. Le gouvernement éthiopien a fait un très grand effort pour l’éducation : la plupart des enfants vont aujourd’hui à l’école malgré les heures de marche qu’il faut parfois faire pour y parvenir. C’est très important car, ainsi, ils apprennent la langue officielle. Le nombre d’enfants est impressionnant, car toute contraception est inconnue chez les Benchs. En moyenne une femme a plus de dix enfants.

Hans Silvester

 

Paris my dream

16 photos

Paris my dream

16 instantanés qui opèrent comme un traveling, le long des quais de Seine, au dessus des toits et à travers le temps. 16 lieux qui à leur manière illustrent la création architecturale et la culture « à la française ». Certains comme la Conciergerie, la Sainte-Chapelle ou la Basilique Saint-Denis sont des monuments emblématiques de l’Histoire de France. Ils vous toisent du haut de leurs siècles, fiers du temps qui à peine les effleurent. D’autres au contraire viennent tout récemment de s’ouvrir aux regards, comme le musée du Quai Branly, la Cité de la mode et du design et bien sûr la Philharmonie. La Villa Savoye est connue des initiés. Le stade de France accueille les foules. Les gargouilles de Notre-Dame de Paris renvoient à l’imaginaire et l’une des plus belles histoires d’amour. Quant aux Galeries Lafayette, elles incarnent le luxe dans toutes les formes de création. Tous ont été mille fois photographiés, ou sont destinés à l’être. Alors, comment en proposer un portrait inédit ? Au fil des soirées, Michel Eisenlohr a posé son appareil le long des quais, sur les toits, au milieu des carrefours. Il a cherché à capter le jeu des lumières et des ombres, à révéler la part de scintillement ou de mystère, à transcrire l’énergie foisonnante de la ville ou bien un temps suspendu. C’est une course avec le temps qui s’est joué au quotidien. Ce temps qui, en quelques minutes, entre le crépuscule et le noir de jais, transforme radicalement la perception des volumes et des matières. C’est alors durant ce moment fugace que les lieux chargés d’Histoire, de culture ou d’échanges populaires s’emplissent d’une nouvelle vie et sortent leurs plus beaux atours, de manière ostentatoire ou énigmatique…

Transcrire dans ces moments volés à la fois l'intime poésie et la monumentalité.

2015 -  Hong-Kong, Avenue of Stars, dans le cadre du festival French May

Equilibre nocturne

16 photos

Equilibre nocturne

Le reportage “Equilibres nocturnes”, commandé par la société EDF, était un défit : retranscrire au mieux le travail de mise en lumière réalisé en 2013 sur ces deux monuments emblématiques de Marseille, que sont le Palais Longchamp et la cathédrale de la Major, à l’occasion de Marseille Capitale européenne de la Culture. Le photographe a ainsi mis tout son talent technique et son regard poétique pour montrer comment les jeux de lumière peuvent révéler et sublimer l’âme d’une architecture. Photo-graphie, écriture de lumière, prend alors tout son sens…

2013 - Paris, Siège de la société EDF

Visions insolites

+50 travellings

Visions insolites

A l'instar des artistes peintres panoramistes du XVIIIe siècle, je construis des travellings photographique issus de nombreuses scènes réalisées sur des spots différents et avec des angles de vue décalés. Leur assemblage par imbrication et enchevêtrement permet la restitution de vues panoramiques qui ne peuvent être visible d'un point fixe.

La photo panoramique reprend tout naturellement ses états avec l’avènement du numérique, dès 2003.
Après l’époque de la pellicule, de ses tirages papiers, de ses découpages et de ses collages (couper/coller), la photo numérique permet aujourd’hui de réaliser des prises de vues sur des points décalés, afin d’obtenir ces travellings panoramique si particuliers que seul un assemblage minutieux (toujours manuel et aidé par les outils informatique) permet de restituer.

 

Jours blancs

10 photos

Jours blancs

De l'eau de mer au sel de Guérande… on peut penser que tout se fait tout seul, que le paludier n'a qu'à s'occuper des débits des étiers et récolter le sel en fin de journée.

Mais non c'est un métier pénible, physique, soumis aux aléas d'une météo qui remet constamment son travail en question.
De la mer à la saline, en passant par la vasière, au bout de la chaîne des eaux : l’œillet, le "Saint des Saints" ; les paludiers le nomme "l'assiette du client". Interdiction de s'en approcher pour autre chose que le travail et la récolte des précieux cristaux blancs.

Rien ne remplacera une promenade sur le marais.
En ces jours blancs d'été… Il ne vous manquera que le vent, l'atmosphère iodée, aussi les embruns et parfois même les odeurs lourdes…
Mais ici, attention, tout est fragile parce que tout est argile.

 

C’est souvent peu de choses

7 photos

C'est souvent peu de chose

les îles d’amour

10 photos

Les îles d'Amour

Un voyage en bateau vers des îles légendaires. L’objectif cherche les paysages, l’atmosphère et la lumière du roman de Theodor Fontane. Des images entre photographie, peinture et cinéma se sont fixées dans l’appareil de photo.

Loin d’une description des paysages dans le sens classique, l’objectif cherche les ambiances et la lumière des rivières autour de Berlin de de Brandebourg. Tout est en mouvement comme la société a la fin du 19e siècle quand la modernité envahit la mélancolie de la vie paisible de la bourgeoisie campagnarde de Brandebourg.

Peut-être les îles d’amour étaient-elles alors quelques chose d’autres qu’une rumeur ou un chant ironique pour repousser un sentiment de peur face à l’avenir. 

Voiles d’Antibes

.

Voiles d'Antibes

Les voiles d'Antibes accueillent une sélection de superbes Yachts légendaires qui ont façonné depuis la fin du XIXème siècle la grande histoire du Yachting International. Chaque année, Stéphane Gamelin restitue des images exceptionnelles de ce rassemblement prestigieux, qui est par ailleurs une compétition.

Football

10 photos

Football

Le football est sûrement la compétition où la joie et la détresse sont décuplées.

Parce-que les joueurs qu’ils soient stars ou pas ont les mêmes réactions quand ils jouent. Qu'ils gagnent ou marquent un but et la joie est intérieurement ou extérieurement indescriptible. Qu’ils perdent ou ratent un but et ils sont seul au monde.

Cela donne des images fortes comme celles que je présente ici captées pendant ma carrière à Nice Matin.

Sous le vent

8 photos

Sous le vent

Lors de ses prises de vues, Stéphane Gamelin capture la beauté de la mer et des voiles, leurs contrastes et la vie qui les animent.

La collection "Sous le vent", regroupe des bateaux de tradition et des voiliers classiques vus en noir et blanc, dans l'objectif du photographe.

Parasols

12 photos

Parasols

L’idée de faire un sujet sur les parasols m’est venu, un matin sur la plage de la promenade des anglais à Nice en observant un vacancier en train d’ouvrir et de fixer son parasol sur la plage de galets. Mais il y avait un vent très fort d'ou une situation cocasse. Le parasol se retournait sans arrêt malgré les efforts de ce monsieur. J’ai fait une petite série jusqu’à que ce monsieur stabilise enfin ce satané parasol. Mon idée venait de naître.

Photographier les parasols de la Côte d’Azur en leur donnant une âme. J’ai arpenté les plages de la Côte d’Azur de Menton à Mandelieu de Juin à Août.

J’ai récoltés des centaines de photos de parasols de formes ou de couleurs différentes.
J’en ai sorti un livre tiré à … 1 exemplaire … pour moi !

Tierwald

15 photos

Tierwald

Monster

9 photos

Monster

Reflets et réflexions

9 photos

Reflets et réflexions

Le photographe se penche sur l’eau. L’eau qui court en permanence ou palpite d’un mouvement calme, presque imperceptible et offre à sa surface mille reflets improbables dans lesquels s’aplatissent et se mêlent végétaux, nuages et objets des rives.

Les lignes se déforment, se fractionnent et se fondent. Jeux de miroirs dans les moindres flaques, les étangs obscurs, les eaux vives. Reflets réels ou abstraits, images déroutantes de la nature transcendée, simplement belle, follement réfléchie, capturés à l’instant précis, ni trop tôt ni trop tard…

Avec tout son talent, Georges Auclaire, calme et tranquille, nous propose une véritable philosophie  Le reflet de la nature mérite toute une réflexion.

Multiexpo

15 photos

Multiexpo

Lettres de femmes

Stop-motion

Lettres de femmes

Sur le front de la Grande Guerre, l’infirmier Simon répare chaque jour les gueules cassées des poilus avec des lettres d’amour, des mots de femme qui ont le pouvoir de guérir les blessures de ces soldats de papier. Simon, lui, semble à l’épreuve des trous, infroissable, indéchirable dans sa blouse blanche. Son secret, c’est sa marraine de guerre, qui occupe toutes ses pensées dès qu’il a un moment pour souffler. La savoir à l’abri quelque part à l’arrière lui donne l’énergie nécessaire pour affronter quotidiennement l’horreur et la mort. Mais lorsque la mort frappe là où on ne l’attend pas, des mots couchés sur le papier peuvent-ils encore effacer les douleurs ?

French touch

Court-métrage

French touch

La France, c’est mort. Ça se passe à Dubai ou à Shanghai ! Mais le rêve chinois de Florent, jeune diplômé français, tourne au cauchemar. Il est prêt à tout pour sa survie au Far East. Il croise le chemin de Tang, une belle chinoise revenue de France, qui va lui faire une proposition.

 


 

Boulevard des italiens

Court-métrage

Boulevard des italiens

Le monde fait face à une crise majeure et il est devenu de plus en plus difficile de trouver un emploi. Cependant, les chances de trouver un travail ne sont pas nulles, il vous suffit de les créer vous-même.

 


 

 


 

Le mécène

Court-métrage

Le mécène

Antoine rentre chez lui et découvre sa compagne au lit avec un inconnu. Celui-ci s’éclipse. La dispute attendue n’a pas lieu. On retrouve l’amant, Jean-Paul, en pleine négociation d’un gros contrat. Il reçoit un coup de fil d’Antoine lui demandant une forte somme sous peine de révéler la tromperie. Et si ce n’était qu’une manipulation pour qu’Antoine puisse financer une exposition photo sur la Patagonie ?

 

 

 


 

La tête de l’emploi

Court-métrage

La tête de l'emploi

Jean attend fébrilement de passer son entretien à Pôle emploi. Rémi, son conseiller, veut finir sa journée de travail au plus vite. Ils étaient faits pour se rencontrer.